Diaporamas: MOYA

Recherche par ordre alphabétique: MOYA

DSC07004

 

181110 ENTRADA MOYA GC

Aujourd’hui je pars en ballade pour visiter la ville de Moya située à flanc de montagne au nord de l’île. Cette petite ville de 8000 habitants est édifiée sur un plateau à une altitude de 500 m et surplombe le barranco de Moya (les gorges de Moya). C’est une ville agricole et également d’élevages.

La ville de Moya est aussi connue pour ses spécialités pâtissières de bizcocho de Moya et suspiro de Moya. Le bizcocho de moya est un gâteau à base de farine de blé, de maïs et garni d’un glaçage sucré sur le dessus. Le suspiro de Moya est une meringue.    

Je roule sur l’autoroute GC2 depuis Las Palmas et à l’échangeur de El Pagador j’emprunte la GC75 pour commencer la montée vers Moya. La route peu sinueuse est large et le revêtement est en parfait état. Je longe le Barranco de Pagador profitant de la vue sur les paysages superbes.

DSC07005

J’arrive à l’entrée de Moya et tourne à gauche d’une fontaine pour rejoindre le parking public situé plus haut le long du cimetière. Je quitte ma voiture et rejoins à pied la place de la fontaine. Derrière celle-ci sont disposées les habitations de plein pied aux façades colorées typiquement canariennes. C’est l’opportunité de prendre quelques photos principalement le bar café qui possède une jolie façade.

DSC07019

J’entre dans la rue principale, située à gauche de la fontaine, et me dirige vers le centre ville. Dans la première partie de cette rue les maisons de droite ont été maintenues dans le respect de l’architecture canarienne, tandis que celles de gauche ont été transformées ou reconstruites avec l’ajout d’un étage.

DSC07016

Je passe devant une statue de bronze représentant une marchande ambulante assise sous l’ombre protectrice d’un Laurisylve. Ces arbres, de la famille des lauriers sont les survivants de l’ère tertiaire. Ces forêts existaient au tertiaire en Europe principalement autour du bassin méditerranéen. Elles disparurent d’Europe lors de la glaciation du quaternaire. Elles ont subsisté dans les îles de la Macaronésie qui regroupe les îles des Açores, de Madère, l’archipel des Canaries et les îles du Cap vert. La commune de Moya possède la principale forêt de Laurisylve de l’île de Gran Canaria. 65% du territoire de la commune est en espace naturel protégé afin de préserver ces forêts. Elles sont un attrait pour les passionnés de botanique et les randonneurs.

DSC07021

Un peu plus loin toutes les maisons sont à deux ou trois niveaux. La majorité de ces petits immeubles est agrémentée de balcons canariens en bois. L’atmosphère des lieux est reposante.

DSC07028

Au terme de la rue j’arrive devant l’église de Nuestra Señora de la Candelaria. Cette église est imposante avec son fronton possédant une énorme rosace et flanqué de deux tours. Le corps de bâtiment est composé de trois nefs. L’église fut inaugurée en 1957. Je grimpe les marches menant au parvis. Malheureusement je ne peux pas visiter l’église étant en dehors des heures d’ouverture au public.

DSC07105

Je fais le tour de l’édifice et découvre dans l’espace arrière une grande esplanade située en aplomb du précipice du barranco de Moya. La vue est exceptionnelle et dégagée. C’est l’occasion de prendre quelques photos.

DSC07092

Je rejoins le parvis et j’aperçois de l’autre côté de la rue une petite place devant une maison à la façade rouge. Par curiosité je rejoins cette placette et découvre qu’il s’agit de la maison musée du poète canarien Tomás Morales.

Il est l’heure de déjeuner et je décide qu’après le repas je visiterai ce musée. Je retourne à la voiture et prends la direction de la rue principale que j’ai parcourue ce matin pour rejoindre le restaurant grill Casa Pedro situé sur la GC-752, à 800 mètres de la sortie de la ville.

© Copyright 2019 Richard SANDER